Autisme et validisme interiorisé.

Le validisme, c’est l’ensemble des violences et discrimination  subies par les personnes en situation de handicap. Ces violences peuvent etre verbales, sembler minimes ou etre fait sur un ton pseudo-humoristique ou pseudo-bienveillant, ce sont tout de meme des violences qui denigrent la personne handicapees. Toutes idees objectifiant ou deshumanisant la personne handicapé est validiste. Toutes idées qui insinue que la valeur d’une personne serait lié à sa santé ou son état physique ou mentale est validiste.

Le validiste comme beaucoup d’oppression n’est reconnu que quand elle est évidente, par exemple frapper une personnes en fauteuil, mais elle sera moins évidente lorsque les violences sont « ordinaire » ou « verbale », ou que le handicap est invisible, psychique ou vu comme un défaut. Par exemple insulter une personne qui occupe une place prioritaire parce qu’on pense que par défaut les gens sont valides, ou qu’on ne sait pas que le handicap invisible existe.

L’autisme est différent d’une personne à l’autre, une personnes autiste peut etre en situation de handicap de par sa méconnaissance des situation sociales qui peut creer ou empirer bien des situations, pour ne citer que quelques exemple il y a souvent le harcelement scolaire, le rejet, de l’anxiété et des angoisses. Il peut également y avoir des situations handicapantes en lien avec les difficulté cognitives, le handicap mental, l’hypersensibilité sensorielle, les difficultés pour effectuer certaines taches, des troubles DYS (dyspraxie, dyslexie, dyscalculie) etc. Le déni du handicap, ou le fait de forcer une personne handicapé à « surmonter » son handicap ou a dépasser ses limites pour « sortir de sa zone de confort » est validiste, c’est une forme de violence.

Dans la video il est beaucoup question de camouflage, je parle dans cette article de mes difficulté et de ce qu’i m’a poussé à me camoufler avant de tenter d’etre comme je suis.

Dans le contexte du handicap lié à l’autisme, il y a une difficulté à saisir les codes sociaux qui est une caractéristiques que partage toute les personnes autistes, ces codes sont implicités et ne sont pas acquis instinctivement, c’est comme se retrouver dans des situation sociales et ne pas avoir le mode d’emploi. En revanche on peut parfois apprendre ce codes sociaux comme ceux d’une culture etrangere, cela demande plus d’effort et prends plus de temps, et ce n’est pas parfait, mais encore faut-il qu’a un moment ou a un autre ces regles soient assez explicité et compréhensibles.

Les personnes autistes qui en ont les capacités ont souvent tendance à jouer un role social pour avoir la paix et subir moins de violences (rejet, harcelement, ou autre). Quand on se rend compte qu’on est autiste une fois adulte, on se rend aussi compte que les autres personnes non autiste et non handicapé n’ont pas a creer se masque, ou jouer un role, ils peuvent juste etre eux même et ne se feront pas violenté ou rejeté pour ca. On se rend aussi compte que c’est fatiguant de tout analyser et de toujours essayer de reagir de la façon adéquate, et que cela à des consequences sur notre santé.

Il y a souvent des clichés sur le sujet, ne pas comprendre les codes sociaux ce n’est pas juste est « bizarre » ou « socially awkward » et mignon comme dans les série tv, cela peut etre source de souffrance et de handicap social, pour avoir des amis ou juste des relations avec les autres, mais aussi pour avoir un emploi et le garder.

C’est surtout passer une partie de sa vie à ne pas savoir quoi faire, et se faire réprimander ou rejeter  ou pire parce qu’on n’agit pas comme il faudrait et parfois developper anxiété et angoisse dans les situations sociales. C’est souvent se faire harceler dés la primaire parce qu’on arrive pas à s’integrer et qu’on est bizarre, c’est aussi ne pas savoir dans quel situation sociale il faut mentir et ne pas savoir ni comprendre qu’il faut, c’est passer une majorité de sa vie à ne rien comprendre et s’épuiser à CHAQUE intéraction avec une personnes, y compris ses proches, et à ne pas savoir quoi faire, ni quoi dire.

Alors en grandissant on apprends de plus en plus de code sociaux, on apprendre parfois à aborder les gens, ou faire semblant de parler de la pluie et du beau temps, mais on apprendre surtout que si on est trop « bizarre » on se fait rejeter, et frapper et aussi qu’on a moins de chance d’avoir un emploi, des amis et une famille, ce n’est pas qu’on ne le mérite pas, c’est que la société dans son ensemble valorise les personnes dans la norme, mais ca on ne le sait pas toujours, alors on fini par se dévaloriser et penser qu’effectivement on ne mérite ni emploi, ni famille, ni ami car on est trop « bizarre »/autiste/handicapé.

En parler, c’est eduquer sur le validisme, c’est esperer que chacun puisse se remettre en question lorsqu’il ou elle voit « le collegue bizarre » ou « la copine à coté de la plaque  » et lae cousin-e chiant-e », c’est aussi se demander qu’elle consequence aura son jugement, son rejet et ses moquerie sensé etre anodine.

En parler c’est aussi apprendre aux personnes autiste, et/ou en situation de handicap qu’eux aussi on été eduqué dans une société validiste et en on intégré les code. mais tout ca ce n’est pas la vérité, c’est de la violence et de l’injustice et ca ne défini par qui ils sont. 

 

 

You May Also Like

One thought on “Autisme et validisme interiorisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *